Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 11:31

Le coup de froid que nous avons subi va bientôt déclencher la reproduction de la truite fario.

Le colmatage des frayères de l'année oblige les bénévoles de notre association à "nettoyer" ces frayères tous les ans à l'aide d'une souffleuse à feuilles pour enlever sable, vase et autres éléments pouvant géner les frayères.  Les graviers, de la taille d'une noisette à une noix, sont ensuite tamisés et replacés là où on les avaient trouvé.

Pour trouver les meilleures frayères, une enquète préalable auprès des "anciens" nous a permis de retrouver les lieux où les truites se reproduisaient autrefois. Depuis des années, les résultats semblent prouver que les efforts consentis par les bénévoles sont justifiés. Non seulement les anciennes frayères ont retrouver les truites qui les "visitaient" il y a quelques années mais cela  a également permis de trouver de nouveaux sites qui n'avaient pas été dénombrées au titre de frayère potentielle, tout ça grâce aux observations de terrain effectuées par les bénévoles et l'association des idées de chacun.

Nos truites peuvent ainsi trouver des petits lits d'amour pour se reproduire et ainsi perpétuer l'espèce au cours des années.

Les pêches électriques prouvent que les générations se suivent avec plus ou moins de succès car les variations d'eaux à des moments cruciaux font que la reproduction fonctionne plus ou moins bien en fonction de ce facteur. Nous sommes là par contre sur des facteurs naturels existant depuis toujours et qui influençait déjà la reproduction avant qu'on intervienne.

Les causes de l'ensablement des frayères sont variées mais l'érosion est bien le principal facteur de cet ensablement. Curage des fossés, drainage des zones humides semblent être à l'origine de ce problême. Le passage des animaux d'élevage, et notamment chez nous les bovins, qui remettent en suspension une grande quantité de matières, sont aussi une des causes de ce phénomène. Pour contrer cet ensablement les bénévoles ont mis la main au tamis et à la souffleuse pour aider la truite à perpetuer l'espèce.

Le prochain gros travail sera certainement de prendre en compte l'ensemble du bassin versant et travailler à son échelle pour revenir à une qualité d'eau et plus généralement du cours d'eau concerné pour que l'ensemble des êtres vivants puissent se développer normalement.

Partager cet article
Repost0

commentaires